Les Derniers moments de Michel Lepeletier
de Jacques-Louis David

What's this site about ?
le tableau repeint par L.Scaccianoce
mise en scène humaine
      &
 tragédie divine
Bienvenue dans notre projet de recherche autour de :
L'histoire de l'oeuvre de J-L David et de Michel Lepeletier
de Saint-Fargeau
. >>> Lire

 La disparition de la toile de J-L David :
Les Derniers moments de Michel Lepeletier.
>>> Lire

 La "repeinture" du tableau par Luc Scaccianoce
et l'étude afférente.
>>> Lire




- un aperçu de quelques toiles :




du 1er au 28 juin 2012

Exposition de Joël Pommot



AMC ANTIQUITES
76 avenue du Général Michel Bizot

75012 - Paris
Tel : 01 40 04 99 60

 Email : www.amcantiquites.com

- les thèmes de l'exposition :




Histoire de l'oeuvre, histoire de l’art,  histoire tout court.
haut de page
Le soir même du vote de la mort du roi, le 20 janvier 1793, vers 17h00, Michel Lepeletier de Saint-Fargeau est assassiné par un ancien garde du roi, dénommé Pâris. A la suite d’une agonie de quelques heures, le Conventionnel régicide meurt, à trente-trois ans, en prononçant ces mots: "Je meurs pour la liberté de mon pays."



Assassinat de Lepeletier de Saint-Fargeau - d'après Desrais


Dans la Capitale où les esprits sont survoltés et écrasés par une culpabilité collective inconsciente, la stupeur est totale. L’atmosphère est telle qu’on croit à un complot royaliste visant à restaurer le pouvoir monarchique. Bien vite cependant, on comprend qu’il s’agit d’un acte isolé. On se servira alors de l’attentat pour frapper les esprits et il vient donc à point nommé absoudre la culpabilité des députés régicides.

Licence est donnée à David, grand organisateur des fêtes révolutionnaires, de faire des funérailles immortelles à Lepeletier. En outre, la Convention lui décerne les honneurs du Panthéon. Pour son premier martyr, la Révolution française en appelle à l’éternité.
 
La cérémonie funèbre
David propose d’élever un monument en marbre à la mémoire de Lepeletier. En attendant ce projet qui n’aboutira pas, il est demandé à David de fixer les traits de Lepeletier par une toile qui sera ensuite gravée aux frais de la République pour être affichée dans toutes les administrations publiques tandis que la fille du régicide, Suzanne, est élevée au rang de pupille de la Nation, concept créé expressément pour elle.

En deux mois, le peintre exécute son œuvre qui est exposée au dessus du fauteuil du président de l’Assemblée pour être ensuite placée en pendant de celle du Marat. Après Thermidor, les deux toiles sont rendues à leur auteur qui les cache en attendant des jours meilleurs. Il n’y en aura pas.

La disparition
haut de page
A la mort du maître, en 1826, la toile est vendue par contrat devant notaire à la fille de Lepeletier pour la somme exorbitante de 100 000 F. D’après certaines versions, il est stipulé que Suzanne de Mortefontaine devra montrer l’œuvre tous les six mois. Ce n’est certainement pas vrai mais l’anecdote témoigne bien qu’une iconoclastie est envisageable. Il faut dire que les enfants de David ont raison de se méfier puisque Suzanne a déjà racheté le cuivre du graveur Tardieu qu’elle a fait briser et brûler toutes les gravures afférentes. Une seule des gravures échappe à l’autodafé, elle est malheureusement mutilée, c’est celle que possède la Bibliothèque Nationale. L’érostrate moderne n’a pas eu non plus connaissance du dessin de Devosges, aujourd’hui au musée de Dijon, représentant le tableau intégralement.

A partir de ces faits naît une légende. Une légende qui s’alimente de rumeurs caractéristiques à toutes les disparitions : on prétend, on aurait vu, des témoins certifient, etc. Ainsi, on a longtemps assuré (le thème est récurrent : Tous les vingt-cinq ans, un historien d’art déclare apporter un élément qui clorait le débat) que le tableau existait encore à la mort de Suzanne en 1829 ou encore qu’il aurait été détruit lors de l’incendie partiel du château de Saint-Fargeau en 1850. Cependant un article dû au talent de Jeannine Baticle semble apporter la preuve définitive que Suzanne Lepeletier a fait brûler le tableau devant plusieurs personnes. A l’appui de son hypothèse, J. Baticle cite une lettre crédible qui relate l’événement survenu peu de temps avant la mort de l’iconoclaste.

La "Repeinture"


Autour de ce tableau qui est repeint d’après les documents existants aujourd’hui, un groupe de chercheurs de champs différents tentent de réfléchir sur le sens de cette œuvre, le rôle obscur de Michel Lepeletier de Saint-Fargeau afin de contribuer à lui rendre la place légitime qu’il mérite au XXIe siècle.
PORTRAIT  
The J. Paul Getty Museum, Los Angeles
 Suzanne Le Peletier de Saint-Fargeau
          de Jacques-Louis David
haut de page
     Accueil
     Le projet
     Le soir du déicide
     Les participants
     Prologue
     Contact
    Actualités
    Contacter la coordonnatrice

     La gravure de Tardieu         Tardieu contre David
     Le manifeste
     La  bibliographie

     Michel Lepeletier   
     Portrait 1
     Portrait 2
     Les funerailles
     Héritage

 LE TABLEAU
     Le tableau repeint
     Dessins_préparatoires
     Reproductions_annexes
     Les étapes du tableau
     détails du tableau
                       

     Luc Scaccianoce
     Sa bibliographie
     L'Image_profanée
     E.I.D.O.S.